Retour sur le séjour à Forges-les-Eaux

Cela faisait 2 ans que nous n’avions pas marché loin de nos terres : (le séjour prévu à Sémur en Auxois, en Bourgogne, en 2018 a dû être annulé faute d’un nombre suffisant de participants).

Nous avons donc choisi à nouveau la Normandie du 03 au 07 juin 2019 comme ce fût le cas en 2017 (Portbail dans le Cotentin), et le VVF de Forges-les-Eaux, en Haute-Normandie, est idéalement situé comme point de départ pour excursionner dans un large périmètre tout autour.

La ville de Forges-les-Eaux vaut déjà le détour : ancienne station thermale de renommée mondiale, cette ville a vécu un passé fastueux, avec le séjour du roi Louis XIII, la reine Anne d’ Autriche, et le cardinal de Richelieu qui y ont séjourné en juin 1633, ce qui en fit pendant quelques temps la capitale de la France.

Les eaux de Forges-les-Eaux soignaient hydropisie et stérilité, ce dont souffrait la reine. Et c’est après ce séjour que la reine réussit à donner naissance au futur Louis XIV.

Aujourd’hui, les sources ne sont plus exploitées, mais Forges reste une ville où règne une ambiance paisible, avec tous les témoins de son passé riche (l’hôtel de ville où séjourna le roi, le casino, les faïenceries, le manoir de l’Epinay, les villas, …..)     

Pour nous, les randonneurs, son principal attrait est maintenant le Bois de l’Epinay, et c’est sur les sentiers pédestres forestiers au bord de plusieurs étangs magnifiquement fleuris de rhododendrons et d’iris, et habités principalement par diverses espèces palmipèdes, que nous avons entamé nos premiers pas du séjour. 

Bon début après une matinée complète de car.

L’avantage de Forges est que l’on peut partir  en randonnée dans des villages rustiques et authentiques du pays de Bray, tous à une distance proche.

C’est ainsi que mardi, nous avons pu marcher le matin à Neuville-Ferrières (tout près de Neufchâtel en Bray réputé pour son fromage en forme de cœur), et l’après-midi à Bellencombre, où il a failli nous arriver de gros problèmes, mais ce jour-là, le dieu des Marcheurs était avec nous : nous étions en pleine forêt assez loin du village quand soudain, le ciel devint très noir.

Les  nuages menaçaient de nous déverser des trombes d’eau. 

Par bonheur, un des nôtres (c’est peut-être lui, le dieu des marcheurs) eût la présence d’esprit d’appeler le chauffeur du car resté dans le village (à 3 kms environ) avec les non-marcheurs, et aussitôt averti, celui-ci s’empressa de venir nous récupérer, une poignée de secondes avant que la tornade ne se déchaîne sur nous. 

Tout juste le temps de rentrer dans le car avant d’assister à une scène apocalyptique. 

Derrière le pare-brise, la vue était dantesque : arbres couchés sur la voie nous obligeant à reculer avant de reprendre un autre chemin tout en slalomant entre les grosses branches venues encombrer la route, jusqu’à l’arrêt complet du car bloqué devant une énorme branche de hêtre abattue sur les fils électriques et téléphoniques. 

Comment faire devant cet obstacle insurmontable sans l’aide des pompiers débordés ?

Après plus d’une heure d’arrêt forcé, un riverain Normand style bûcheron, vint avec sa tronçonneuse débiter en tranches la coupable, et nous pûmes reprendre notre route jusqu’au VVF, tout heureux de s’en être tirés à si bon compte avec l’hêtre encombrant. 

Mercredi, le jour le plus attendu de nous tous et le plus redouté pour les organisateurs car la météo n’était pas optimiste du tout. 

C’est le jour où nous sommes partis à Étretat, véritable joyau de la Nature, à la rencontre de cette station balnéaire mondialement connue, nichée entre la falaise d’Aval et la falaise d’Amont.

Nous devions y réaliser deux randonnées pédestres, mais devant la magie des lieux, les marcheurs que nous sommes se sont vite transformés en photographes émerveillés par la splendeur majestueuse du site. Les non-marcheurs en ont profité pour visiter la charmante ville à pied et aussi en petit train et nous avons passé ensemble un moment très agréable au pique-nique face à la mer sans qu’aucune goutte de pluie ne vienne perturber cet instant privilégié. 

C’est seulement sur la route du retour qu’une pluie intense s’est mise à tomber. Décidément, nous faisions preuve d’une chance insolente.

Jeudi, programme chargé mais journée encore très intéressante avec le matin une randonnée à Mauquenchy, tout petit village perdu dans le pays de Bray, mais qui peut s’enorgueillir de l’un des plus beaux hippodromes de Normandie avec ses installations ultra modernes dédiées au 19 réunions de trot annuelles.

Là encore, nous avons fait une jolie partie de cache-cache avec les nuages prêts à nous déverser leurs foudres.

Quelques gouttes de pluie nous ont tout de même obligé à sortir les impers mais rien de dramatique, au contraire,  les amateurs de photos insolites ont pu être comblés. 

Pas question de traîner en chemin, car l’après-midi, nous voilà repartis aux Andelys dans l’Eure, à 60 kms de Forges, environ. 

L’endroit situé dans les boucles de la Seine est là aussi d’une beauté saisissante, et encore une fois, les marcheurs ont préféré privilégier leurs yeux plutôt que leurs pieds. 

On ne peut pas passer ici, sans grimper à Château-Gaillard, ancienne forteresse dominant le fleuve du haut d’un éperon rocheux. 

L’ascension s’est très bien déroulée….. en car. Nous ne voulions pas nous séparer des non-marcheurs afin d’admirer ensemble le panorama époustouflant de ce haut-lieu moyenâgeux. 

C’est Richard Cœur de Lion, alors duc de Normandie et roi d’Angleterre, qui fit construire cette forteresse afin de barrer la route de Rouen au roi de France. 

Vendredi, jour du départ  après avoir déjeuné. 

Le matin, dernière petite balade autour du VVF, admirer une dernière le site du Bois de l’Epinay, malheureusement écourtée par la pluie. 

Il fallait bien qu’un jour, cela arrive. 

Mais peu importe, après avoir voir bouclé nos valises, il est l’heure de prendre l’apéro tous ensemble autour du bar et de prendre le groupe en photo traditionnelle.

Nous n’avons pas vu s’écouler ces 5 jours fort agréables passés en charmante compagnie. 

Nous n’étions que 35 participants marcheurs et non-marcheurs composant un groupe vraiment homogène, et très heureux d’être réunis.

Et puis, grâce au bouche à oreilles, un sympathique couple de Chalonnes-sur-Loire s’est joint à nous.

Ce sont de véritables marcheurs déjà  très actifs dans leur commune, mais nous pensons vraiment que nous les reverrons avec joie, parmi nous lors de nos prochaines sorties, tant ils se sont intégrés très facilement.  

Si après avoir lu ce petit récit, cela vous tente de venir rejoindre les Marchos’EG 49 l’an prochain, n’hésitez pas à nous contacter :

Samuël Gilet : 07.63.30.63.10 odessa.5354@gmail.com

Jean-Pierre Césaire : 06.35.97.34.39 16rjp@free.fr

Nous cherchons des idées pour la sortie d’un jour et la sortie de 5 jours. Nous procéderons différemment concernant cette dernière : 

Nous vous mettrons à contribution en vous demandant de choisir entre 2 destinations. Celle qui aura obtenu le plus d’adhésions sera retenue.

Le  groupe Marchos’EG organise des marches bimensuelles toute l’année sauf juillet et août. 

Alors, si les pieds vous démangent, venez, nous vous dégourdirons. N’oubliez pas ! c’est  le premier pas le plus difficile, après ça file tout seul.

Depuis le 1er janvier 2019, nous avons enregistré la venue de 14 nouvelles recrues.

À bientôt sur les sentiers.

©2019 CMCAS Anjou Maine I Conditions Générale d'Utilisation I Espace Élus

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?